Les fêtes de fin d’année

La fête de Noël au Mexique possède une grande variété de traditions et coutumes, parmi lesquelles on peut citer diverses fêtes familiales comme les Posadas et le jour de l’épiphanie, où l’on mange des plats typiques comme les tamales et les sucreries très prisés en cette époque de l’année. Durant cette période, les rues se voient colorées et égayées des fleurs comme la ‘poinsettia’.  Voulez-vous en savoir plus ? Je vous conte ce qui ressort le plus de ces fêtes.

LES POSADAS : Le peuple mexicain se prépare pour Noël neuf jours avant le 24 Décembre, c’est-à-dire le 16 décembre. C’est en ce jour que commencent les fêtes avec la première Posada, une célébration à forte connotation religieuse où les gens accompagnent lors d’une procession la vierge Marie et Saint Joseph dans leur recherche d’un refuge à Bethléem où ils pourront donner naissance à l’enfant Jésus. En ce jour, les participants décident le nombre de Posadas à célébrer et où s’abriteront Marie et Joseph.

La fête se célèbre dans les rues et les maisons. Les gens se réunissent pour chanter et danser ainsi que pour prier des litanies à genoux, entourés de lumières qui ornent les maisons et de feux de bengale qui sont répartis parmi les participants. C’est lorsque tout le monde est arrivé à la posada que la fête commence. De plus, les mexicains éprouvent une telle dévotion pour les fêtes de Noël qu’ils font également les pré-posadas, qui se célèbrent avant et qui sont très similaires. Ces célébrations se terminent le 24 décembre, un jour très familial qui se termine en un copieux et généreux dîner de Noël.

LES CRÈCHES : Si dans d’autres pays l’arbre de Noël est incontournable, au Mexique les crèches sont indispensables, elles sont installées le 16 décembre et se démontent le 2 février lorsque les fêtes sont terminées.

Les figurines principales de Bethleem sont la Vierge Marie, Saint Joseph, l’enfant Jésus qui se place la nuit du 24 décembre et les rois mages qui se rajoutent le 5 janvier, ainsi que tous les animaux de la crèche, les bergers et l’ange.

La nuit du 24 beaucoup de familles vont à la messe de minuit, avant d’ouvrir les cadeaux posés à côté de la crèche de la part du père Noël. Quelques fois, les enfants ont pour habitude d’ouvrir leurs cadeaux le 25 au matin.

LES FOIRES ET LES “POINSETTIAS”: Pendant cette période les foires et les marchés artisanaux abondent. Nous pouvons y trouver toute sorte d’ornements de noël, tels que des fruits, des boules de noël, des piñatas et des sucreries, entre autres.

La fleur traditionnelle de couleur rouge qui irradie partout au Mexique dans cette période est la “poinsettia”. Celle-ci symbolisait auparavant pour les indigènes “la nouvelle vie” atteinte par les guerriers morts au combat. Cette fleur avec le temps est devenue la fleur préférée de l’ambassadeur des États-Unis au Mexique (Joel Pointsett).

LA PIÑATA: Une fête de noël mexicaine qui se respecte ne se fait pas sans piñata. Celle-ci est fréquemment faite à base d’argile ou de carton et elle a la forme d’une étoile à sept pointes, chacune symbolisant un pêché capital. À l’intérieur on y trouve souvent des sucreries, des fruits entre autres prix. Cependant pour les obtenir il faut frapper fort la piñata avec un bâton en bois en ayant les yeux bandés avec un bandana qui représente la foi aveugle. La personne qui frappe en premier, doit tourner sur elle-même plusieurs fois afin de perdre le sens de l’orientation et pendant ce temps-là les autres personnes chantent : “Dale, dale, dale, no pierdas el tino, porque si lo pierdes, pierdes el camino. Ya le diste una, ya le diste dos, ya le diste tres y tu tiempo se acabó. Una, dos, tres!”. Une fois que la piñata est cassée, tout le monde profite des délicieux plats traditionnels mexicains, comme les tamales, les buñuelos, les churros, le punch et le chocolat chaud.

LAS PASTORELAS: Ce sont des représentations théâtrales présentées dans tout le pays, afin de montrer les péripéties vécues par les bergers lors de leur pèlerinage vers Bethléem. Dans certaines régions de l’Amérique Latine on les nomme également « posadas », celles-ci sont nées des actes sacramentaux que les missionnaires franciscains ont amené au Nouveau Monde et aux autres peuples indigènes américains. Au fil des années, les pastorelas ont développées un intérêt pour la culture régionale mexicaine.

Saltillo Coahuila, México. Pastorela de la UAdeC, en el Teatro de la Ciudad, miércoles 07 de diciembre de 2016.

LE JOUR DES ROIS: Bien que le Père Noël soit très populaire ces dernières années dans toute l’Amérique Latine, beaucoup d’enfants sont restés fidèles aux Rois Mages. Ils leurs écrivent des lettres afin que le 6 janvier ils puissent recevoir leurs jouets les plus désirés. L’après-midi du jour des rois est célébré en famille et entre amis en mangeant la Galette des Rois (Rosca de Reyes), qui est un pain fait à base de farine, d’œufs, de levure, de sucre et de beurre, décorée de fruits cristallisés cuits à la chaux très similaires aux fruits confits.

À l’intérieur, nous mettons des figurines de l’enfant Jesus et la personne qui l’aura devra faire une fête le 2 février, jour de la Candelaria dans laquelle se réunissent les mêmes personnes. Pour beaucoup de mexicains le chocolat chaud est l’accompagnement idéal de la Galette des Rois. Celui-ci doit bien sûr être fait dans un pot en argile avec un fouet en bois le molinillo et avoir un peu de mousse, signe de qualité et de saveur.

Traduit pour Mercedes Ahumada par Karina Cervantes Traductrice-interprète espagnol-français

Photos: Web

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *