La Candelaria

Aujourd’hui, je vais vous  parler de la Chandeleur au Mexique: La Candelaria !

« La Candelaria » arrivera bientôt et les rues du Mexique plongeront dans les arômes du maïs, de la sauce et de la fiesta. La personne qui a eu la fève de la galette (un petit Jesus dans la « Rosca de Reyes ») des rois le 6 janvier doit payer « la tamaliza » le 2 février (« la tamaliza » est un mot très fréquemment utilisé pour désigner la fiesta de la Candelaria où sont servis des tamales).

Actuellement la célébration du jour de la Candelaria est passée d’une fête essentiellement religieuse à une célébration populaire.

Cette célébration catholique a deux origines fondamentales, la fin de la quarantaine de la vierge Marie et la présentation de l’enfant Jésus. Elle coïncide également avec le début de la saison de semailles.

Comme dans beaucoup de célébrations au Mexique, le repas est l’élément principal ce jour-là, le personnage principal est le tamal, celui-ci est consommé depuis l’époque préhispanique, on en trouve des références dans les écrits de Fray Servando. Pendant la période de la Nouvelle Espagne, les tamales étaient considérés comme un aliment pour les personnes de la classe sociale basse, avec l’arrivée des espagnols la recette des tamales a été modifiée en utilisant depuis le saindoux, ils sont maintenant farcis avec de la viande et diverses épices. L’utilisation du saindoux dans la préparation des tamales les a rendus « chrétiens ». Avant l’arrivée des espagnols cet aliment se faisait juste avec de la pâte de maïs à peine écrasée et elle était enveloppée dans une feuille de maïs également.

Ce n’est que jusqu’au XXème siècle une fois que la tradition religieuse est devenue populaire dans tous les milieux, c’est-à-dire, juste après la Révolution Mexicaine que le nationalisme a consolidé diverses valeurs culturelles et d’identité. La figure de l’enfant Jésus apparait dans les crèches de Noël dans les foyers mexicains, (Se référer à l’article qui explique l’importance de la crèche au Mexique) il est habillé et présenté à l’église le 2 Février. Cette tradition a permis de mettre en lumière le parrainage, où une personne est désignée pour habiller l’enfant Jésus. Dans ce sens une des traditions les plus importantes est celle qui tourne autour de « El niñopa » (El Niñopa est une image de l’enfant Jésus qui est vénérée à Xochimilco, México). Il s’agit d’une sculpture en bois faite au XVIème siècle. Elle peut être considérée comme une des images du culte catholique des plus anciennes en Amérique. De plus, elle est entourée de beaux paysages.

Le Niñopa n’a pas de temple, il est juste protégé par les familles des quartiers de Xochimilco qui à tour de rôle veillent sur lui. Ils agissent comme des maîtres d’hôtel. Cette pratique a commencé au XIXème siècle. Le Niñopa est le centre de la vie religieuse des quartiers historiques de Xochimilco grâce à l’importance de ses festivités.

À México l’enfant Jésus est habillé dans les marchés, un de plus importants est le marché de la Merced et ceci depuis une quarantaine d’années.

Le jour de la Candelaria se situe en importance juste après la célébration de Pâques et de Nöel, ceci fait d’elle la troisième célébration la plus importante du pays. Au Mexique les traditions avec le temps acquièrent toujours une touche festive.

D’après mon professeur Edmundo Escamilla (Historien en gastronomie) aujourd’hui il existe environ 500 différents types de tamal ! Alors qu’avant l’arrivée des espagnols il ressemblait plutôt à une tortilla qui servait d’accompagnement aux différents plats.

Cet aliment se consommait principalement dans la région centrale mais avec le temps il a été adopté par d’autres régions du Mexique, il a commencé alors à présenter d’autres variantes comme le type de pâte, différents types de feuille, les farces et les sauces.

Les tamales que nous préparons chez Cuisine Mexicaine à Paris sont préparés quelques jours avant d’être livrés et toute une équipe participe à leur préparation afin de garantir une livraison rapide, la quantité dépend des commandes de nos clients et nous sommes très contents car aujourd’hui nous avons une grande demande de tamales à Paris !

Je vous laisse une petite recette pour l’élaboration de tamales sucrés !

Passez vos commandes par ici !

Traduit par Karina Cervantes Traductrice-interprète espagnol-français

Photos: Web

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *